Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Un film à la déroute : Voisins du troisième type

Publié le par Lady Chester

voisins_du_3_type.jpgRésumé du film : Voisins du troisième type

À Glenview, dans l’Ohio, quatre banlieusards ordinaires décident de former un comité de surveillance de quartier. Même s’il s’agit surtout d’un prétexte pour échapper à leurs mornes existences, nos quatre héros vont tout de même faire une découverte incroyable : leur paisible petite ville a été envahie par des extraterrestres qui se font passer pour d’honnêtes citoyens. Face à la menace, le sort de leur quartier – et du monde – est désormais entre leurs mains…

 

Voisins du troisième type est une comédie de science-fiction réalisé par Akiva Schaffer et sorti récemment en salle. C'est d'ailleurs lors d'une projection que j'ai eu la possibilité de voir ce film, un peu, comment dire, déroutant.

Je ne sais comment traiter de la complexité de ce film : est-ce moi qui ne suis pas fana du genre comédie à la Mary à tout prix ou ce film est trop masculin.

Le scénario veut faire la part belle aux bons vieux films de science-fiction amusant des années 80 tels que les SOS Fantomes, les Gremlins et autres.

Mais l’équipe de production a oublié l’élément important pour faire un bon film : un bon scénario. Et le scénario est nullissime.

 

Aux commandes de ce film des gens connus au bataillon: Shawn Levy comme producteur (Crazy Night, La Nuit au musée ), le réalisateur réalisateur Akiva Schaffer, surtout connu aux États-Unis pour sa participation à l'émission comique Saturday Night Live, dont il était l'un des auteurs de 2005 à 2011. On retrouve surtout au casting « la bande à Judd Apatow" avec Ben Stiller, Vince Vaughn et  Jonah Hill dans les rôles phares du film.

Avec une telle affiche, on ne peut que s’imaginer des grands moments burlesques et de délires entre amis…mais  une super équipe ne signifie pas gage de qualité d’un film.

Et le massacre fut.

Voisins du troisième type est vulgaire, gras, beauf, pas drôle.

On frôle même le summum de la vulgarité avec les répliques cultes : pipa, caca, queue, chatte, bite, orgie, partouze, couilles, baise, etc…

On comprend mieux les préventions du CSA concernant e visionnage de ce navet.

Je n’ai pas ri.

Je ne suis peut-être pas fun….mais je sais reconnaitre un bon scénario et je regrette le dynamisme et l’apport énergique des Ghosbusters et consort.

« I ain’t afraid of no ghost ».

 

 


 

Commenter cet article