Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Tous les espoirs sont permis !

Publié le par Lady Chester

Tous-Les-Espoirs-Sont-Permis.jpgSynopsis du film Tous les espoirs sont permis : Kay et Arnold forment un couple fidèle depuis de longues années, mais Kay rêve de pimenter un peu leur vie et de resserrer les liens avec son mari. Lorsqu’elle entend parler d’un thérapeute spécialisé dans les problèmes conjugaux qui exerce dans la ville de Great Hope Springs, elle fait tout pour persuader son mari de prendre l’avion pour une semaine intense de thérapie de couple… Tout recommencer n’est pas évident, mais c’est loin d’être triste !

 

Tous les espoirs sont permis est une comédie américaine réalisée par David Frankel. Ce film met en scène un couple, la soixantaine passée, qui tente de sauver leur mariage sur un quitte ou double de thérapie de couple.

L’héroïne jouée par Meryl Streep convainc après moult difficultés son époux, interprété par Tommy Lee Jones, d'aller voir un psy du mariage qui leur donne les étapes à suivre pour remettre leur mariage sur pied.

Le couple durant le film va vivre des hauts et des bas en dévoilant leur non-intimité en passant par des exercices de redécouverte du coup de l’autre ou bien encore se susurrer un simple « je t’aime » empli d’affection.

Sur le papier, on accroche au scénario en plus du casting. Il est rare de s’attarder sur ce type de personnages d’un certain âge qui se sont oubliés dans leur couple et ne partagent rien hormis le gîte, le ménage et les courses. On calibrerait ce type de problèmes auprès des quadras voir des quinquagénaires.

Mais à l’écran, c’est une autre paire de manche qui nous attend.

Le film est très décevant.

On attendait mieux des retrouvailles de Meryl Streep avec le réalisateur David Frankel, qui l'avait déjà dirigée dans Le Diable s'habille en Prada en 2007.

Le souci n’est pas dans le duo d’acteurs qui n’ont plus rien à prouver dans leur carrière réciproque. Ils font ce qu’on leur demande de jouer dans le scénario.

Mais le film ne décolle pas.

Les scènes sont très longues au point qu’on s’ennuie au lieu de ressentir des émotions par les silences des personnages, leurs combats, leurs maux.

Les différents cadrages pêchent. Si le réalisateur a voulu en sortir une signature d’auteur c’est loupé. La colorimétrie bave comme la balance des blancs.

Le public de ce film se rapprocherait plus de l’inspecteur Derrick que de Grey’s Anatomy.

La crème du mauvais goût réside tout de même dans des scènes trop intimistes à laquelle on n’accroche pas une scène (exemple Kay mime une scène de fellation dans une salle de cinéma sur Arnold).

Je ne visionnerai pas ce film à nouveau.

Commenter cet article