Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

REC 2

Publié le par Lady Chester

rec2.jpgLes autorités viennent de perdre le contact avec les occupants de l'immeuble mis en quarantaine. Personne ne sait vraiment ce qui se passe à l'intérieur. Dehors, le chaos règne...La brigade d'intervention spéciale, équipée de plusieurs caméras et envoyée sur place pour analyser la situation, va devoir affronter une menace bien réelle...

[.REC]²  est la suite du film d’épouvante [.REC] des réalisateurs et scénaristes Jaume Balagueró et Paco Plaza.
Après la méga-claque  de [.REC],  Jaume Balaguero et Paco Plaza nous proposent une suite à cette histoire d’horreur filmée sous la forme d’un reportage télé. Ce chef d’œuvre de l’instantané nous plongeait dans l’horreur d’un immeuble où les habitants y subissent les pires atrocités. 
[.REC]² reprend le concept d’un filmage spécifique : celui en ''first person shooting''.
[.REC]² démarre là où le premier film s’arrête brutalement , avec l'intervention d'une équipe de ''SWAT guys'' surarmés (aussi bien de flingues que de caméras vidéo). Cette équipe va investir l’immeuble pour comprendre ce qui se passe à l’intérieur de l’immeuble.

Pour cette suite, la narration est différente : ce n’est plus sous la forme d’un reportage diffusé à la télé sous l’œil de la journaliste héroïne du film, mais divers caméras filment le déroulement des manœuvres. cCtte suite multiplie les points de vue, passant de celui des militaires à celui d'une bande de jeunes armés d'un caméscope, sans compter l'apport visuel de petites fenêtres vidéo sur le coin inférieur gauche de l'écran qui illustrent en temps réel le point de vue général de la situation. Balaguero & Plaza ont judicieusement oublié le concept du premier [.REC], à savoir celui de l'expédition en temps réel, pour se focaliser sur l'action pure.
[.REC]² n’est en rien une montée d’adrénaline de la peur subjective, mais bel et bien des montagnes russes d'action nerveuse, filmée caméra à l'épaule. Mais là où [.REC]. renvoyait aux différentes réflexions de notre société : le filmage à la première personne ou le voyeurisme des médias, [.REC]² ne renouvelle pas ce genre. Il illustre plus un format de jeu vidéo, on peut y déceler des références à DOOM.
La suite est bien moins sensationnelle et ne joue plus sur la même intensité des peurs enfouies dans le téléspectateur, mais la réalisation reste efficace bien recherchée.

On s’étonnera de l’apparition d’un prêtre hors-norme frôlant lui-même le satanisme et s’apprêtant lui-même à exorciser les lieux. La piste du paranormal religieux, suggéré à la fin de [.REC] est poursuivie. 

A suivre avec émotion…



Commenter cet article