Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Livre qui rend heureux

Publié le par Lady Chester

le-livre-qui-rend-heureux.jpgLe livre qui rend heureux d'Arthur Dreyfus : Récit-mosaïque ou promenade éclairée, chaque court chapitre de ce livre graphique contribue à apporter un élément de réponse à la question fondamentale : Qu'est-ce qui nous rend heureux ? A ne pas lire en cas de bonheur !

 

Le livre qui rend heureux est un concept d’ouvrage plutôt original : des jeux de mots, jeux d’esprits, illustrations, souvenirs, fait divers, dialogues, anecdotes historiques, paroles de chansons ou de poèmes, chaque court chapitre de cet essai contribue à apporter un élément de réponse à la question du bonheur.

Le bonheur est-il à la portée de tous finalement ? Et si le bonheur était là sous nos yeux et qu’il fallait arrêter de se plaindre de ce que l’on n’a pas et apprécier ce que l’on a ?

Eléments de réponse à la recherche du bonheur ou propos démagogiques d’un auteur, Arthur Dreyfus, déjà remarqué par la critique avec "La synthèse du Camphre" et qui semble vouloir apporter sa pierre à l’édifice de la philosophie de vie…. Peu importe la réponse puisque finalement la recherche du bonheur sera toujours subjective, propre à soi, ancrée en chacun.

Certains sont toujours heureux et ne posent pas la question, d’autres broient sans cesse du noir et aspirent à trouver un jour le bonheur.

Dans quelle catégorie êtes-vous finalement dans cette société de plus en plus perturbée par cette quête du bonheur via l’appropriation du matériel, à l’orée de l’explosion de la communication et des réseaux sociaux ?

Personnellement, après une première lecture au moment où je broyais un peu de noir et donc l’ouvrage m’apportait une certaine clairvoyance sur mon quotidien, une 2e lecture avec un peu plus de recul m’a amenée à penser que le sujet était trop vaste et trop complexe pour se permettre une discussion de comptoir.

Chacun vit différemment les épreuves et trop moraliser le quotidien n’apporte qu’un lot de culpabilités sur des dos bien surchargés par la misère du monde.

A lire avec précaution.

 

« Quand le temps diminue, on fixe sa montre.

Quand on fixe sa montre, on est pressé.

Quand on est pressé, on n’est pas malheureux : on est pressé. » - Arthur Dreyfus

Commenter cet article