Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Jamais contente de Marie Desplechin

Publié le par Lady Chester

jamais-contente.jpg

Résumé "12 février - On peut ruiner sa vie en moins de 10 secondes. Je le sais. Je viens de le faire. Là, juste à l'instant. J'arrive à la porte de l'immeuble, une modeste baguette dans la main et la modeste monnaie dans l'autre, quand Merveille-sans-nom surgit devant moi inopinément. A moins de 5 cm (il est en train de sortir et je m'apprête à entrer, pour un peu on s'explose le crâne, front contre front). Il pose sereinement sur moi ses yeux sublimes. Je baisse les miens illico, autant dire que je les jette quasiment sous terre, bien profond, entre la conduite d'égout et le tuyau du gaz. Sa voie amicale résonne dans l'air du soir : "- Tiens ! Aurore ! Tu vas bien ? " Je reste la bouche ouverte pendant environ 2 millions de secondes avant de me décider et de lui hurler à la figure : "-Voua ! Merdi !"

 

« Jamais contente » ou le livre que m’a conseillé la FNAC lorsque je cherchais des journaux intimes à lire.

 

Grand mal m'en a pris.

 

Le Journal d’Aurore plairait à une certaine catégorie de personnes : les adolescentes.

 

Pas à moi !

 

Oui Aurore a une vie monotone, râle pour un rien et a toujours quelque chose à redire.

Oui elle n’a pas beaucoup de loisirs, Aurore passe ses après-midis à s’ennuyer au téléphone ou devant la télé avec ses copines Samira et Lola.

Oui elle ne s’entend pas avec ses deux sœurs, Jessica et Sophie, qui sont totalement différentes d’elle. Jessica a la beauté, Sophie a l’intelligence, Aurore a le cœur.

Oui avec ce mauvais héritage, Aurore ne s’en sort pas à l’école et se retrouve puni par ses parents.

 

Et comme toute fille de son âge elle découvre ses premiers émois amoureux, que ce soit à l’école ou en vacances.

 

L’auteure, Marie Desplechin, a oublié de préciser que ce journal intime d’une adolescente, abordé à la 1ere personne, est un ouvrage pour les adolescentes. Je pourrai faire l’effort de me ressasser dans mes souvenirs du collège, de mon quotidien plein d’oisiveté, de mes camarades de classe, de mes notes de classe, de mes déliriums, etc…mais ce n’est pas le cas et ce ne fut pas le cas de toute la lecture de l’ouvrage.

 

Le personnage est mal abordé par l’auteure. Elle prend le parti pris d’un point de vue : une jeune fille qui râle. Elle en a oublié qu’une grosse partie de l’adolescence se résume à se poser des questions existentielles du : Qui-suis-je ? Pourquoi personne ne m’aime ? Je craque, je veux mourir, mon corps est monstrueux, les autres filles sont plus belles, mes fringues ne me vont pas, etc…

 

Si j’avais été une adolescente de cet acabit, j’aurai été l’adolescente la plus heureuse qu’il puisse exister.

C’est à se demander si l’auteure a été un jour une adolescente…

 

Ouvrage pour ceux qui veulent esquisser deux, trois sourires sur un trajet d’une heure.

Commenter cet article