Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La nuit nous appartient

Publié le par Chestady

New York, 1988... La fin d’une époque... A Brooklyn, Bobby Greene gère une boîte de nuit hyper-branchée pour le compte de mafieux russes.
Bobby est en réalité Robert Grunsinsky d’origine géorgienne. Son père, Burt est un haut gradé de la police new-yorkaise, et son frère, Joseph, est déjà capitaine. Bobby est un peu l’électron libre de la famille. Il lui, a choisi  le monde de la nuit, il étend de plus en plus son pouvoir et il espère convoler avec Amada, une superbe beauté porto-ricaine. Les gros trafiquants russes comptent sur lui  pour écouler la came dans sa boîte. Son père et son frère tentent de le manipuler pour court-circuiter les trafiquants. Bobby Greene prend constamment le dessus quand un drame horrible le fait basculer...



La nuit nous appartient fait partit de ces polars que l'on n'oublie pas si facilement. Puissant, efficace et solide, il s'y dégage une intensité riche en émotion, c'est de toute façon ce qu'a voulu le réalisateur James Gray. Cet habitué du cinéma classique avec des réalisations tels que « Little Odessa » (1994) ou « The Yards » (2000) ne nous propose pas une redite des films de gangsters new yorkais. Au contraire, autour des scènes d'action de guerre entre flics et truands, se trouve un scénario bien ficelé concernant la tragédie d'une famille en pleine crise existentielle. La dimension humaine y prend toute sa place.

Mark Wahlberg et Joaquin Phoenix, également producteurs associés du film, étaient déjà les deux héros de The Yards. Dans ce drame, Phoenix jouait le rôle de Willie, le meilleur ami de Leo (Wahlberg), tout juste sorti de prison et en quête de rédemption. Dans La Nuit nous appartient, les personnages de Wahlberg et Phoenix sont deux frères, l'un policier, l'autre gérant de boîte nuit, que les deux univers séparent. Comme dans The Yards, les personnages interprétés par ces deux acteurs sont fortement liés sur le plan affectif mais s'opposent diamétralement d'un point de vue moral. C'est de cette confrontation qu'émerge toute la dimension tragique des films de James Gray.

Film essentiellement nocturne, « La Nuit nous appartient » nous subjugue dès le générique et ses plans en noir et blanc qui racontent le travail nocturne des policiers. On retrouve la force des grands : Coppola, Scorsese, Friedkin et De Palma. Gray n'a pas à en rougir et au lieu de rester bloquer sur TFprout, bougez vos fesses en salle de cinéma !!!

Commenter cet article