Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le roi est mort, vive la reine !

Publié le par Lady Chester



Les MTV Video Music Awards 2009 à New York ont permis à la Reine de la Pop Madonna de rendre un vibrant hommage au Roi de la Pop Michael Jackson, moins de trois mois après sa mort inattendue. Au « Radio City Music Hall » de New York le 13 septembre 2009, c'est avec beaucoup d'émotions que la chanteuse américaine Madonna s'est exprimée sur la singularité du King of Pop Michael Jackson, « l'un des plus grands talents que le monde ait connu » selon elle.

Très émue, la chanteuse a établi un parallèle entre sa propre vie et celle du Roi de la Pop, afin de rappeler l'influence qu'il a exercée sur ses contemporains et qu'il ne manquera pas d'avoir sur les générations futures.

"Michael Jackson est né en août 1958. Moi aussi. Michael Jackson a grandi dans les banlieues du Midwest. Moi aussi. Michael Jackson avait huit frères et soeurs. Moi aussi. Quand Michael Jackson avait six ans, il est devenu une superstar et était peut-être l'enfant préféré du monde entier. Quand j'avais six ans, ma mère est morte. Je pense que de nous deux, c'est lui qui a été le moins bien loti.

Je n'ai jamais eu de mère mais lui n'a jamais eu d'enfance. Et quand on n'obtient pas quelque chose, cette chose finit par nous obséder</b>. J'ai passé mon enfance à rechercher des figures maternelles, parfois avec succès. Mais comment recrée-t-on son enfance quand on est placé sous un microscope par le monde entier durant toute sa vie ?

Michael Jackson était sans aucun doute l'un des plus grands talents que le monde aie jamais connus. Quand il interprétait une chanson à l'âge canonique de 8 ans, il pouvait vous donner l'impression qu'un adulte plein d'expérience vous transperçait le coeur par ses mots. La manière dont il bougeait avait l'élégance d'un Fred Astaire et l'énergie d'un Mohammed Ali. Sa musique portait en elle cette strate en plus d'inexplicable magie qui non seulement vous donnait envie de danser, mais vous faisait réellement croire que vous pouviez voler, oser rêver, être ce que vous vouliez être. Parce que c'est ce que font les héros. Et Michael Jackson était un héros.

Il s'est produit dans des stades de football dans le monde entier, a vendu des centaines de millions de disques, a dîné avec des premiers ministres et des présidents. Des filles sont tombées amoureuses de lui, des garçons sont tombés amoureux de lui, tout le monde voulait danser comme lui, il semblait venir d'un autre monde... mais c'était aussi un être humain. Comme la plupart des artistes, il était timide et assailli de doutes.

Je ne peux pas dire que nous étions bons amis mais en 1991, j'ai décidé que je voulais apprendre à le connaître un peu mieux. Je l'ai invité à dîner. Je lui ai dit "Je t'invite, je conduis, juste toi et moi". Il a accepté et s'est présenté à mon domicile sans aucun garde du corps. Nous avons pris ma voiture pour nous rendre au restaurant. Il faisait noir dehors mais il portait encore des lunettes de soleil. Je lui ai dit : "Michael, j'ai l'impression de parler à une limousine, tu ne crois pas que tu pourrais retirer ces lunettes pour que je voie tes yeux ?" Il a marqué une pause puis a jeté les lunettes par la fenêtre, m'a adressé un clin d'oeil et un sourire et m'a répondu : "Tu me vois, maintenant, c'est mieux comme ça ?"

A ce moment là, je percevais à la fois sa vulnérabilité et son charme. Durant le reste du dîner, je me suis battue pour lui faire manger des frites, boire du vin, prendre un dessert et dire des gros mots, des choses qu'il ne semblait jamais s'autoriser à faire. Par la suite, nous sommes retournés chez moi pour... regarder un film, et nous nous sommes assis sur le canapé comme deux gamins. Quelque part au milieu du film, sa main est venue se glisser dans la mienne. C'était comme s'il cherchait une amie, plus qu'une romance et j'étais heureuse de lui rendre ce service. A ce moment là, il ne se sentait pas comme une superstar, il se sentait comme un être humain. Nous sommes sortis à quelques reprises ensemble et puis, pour une raison ou pour une autre, nous avons perdu le contact. C'est alors qu'a débuté la chasse aux sorcières et on avait l'impression d'entendre histoire négative sur histoire négative au sujet de Michael. Je ressentais sa souffrance. Je sais ce que c'est de marcher dans la rue avec le sentiment que le monde entier s'est retourné contre vous. Je sais ce que c'est de se sentir impuissant et incapable de se défendre parce que le grondement de la foule mécontente est si fort que vous êtes convaincu que votre voix ne pourra être entendue.

Mais j'ai eu une enfance et on m'a permis de faire des erreurs et de trouver ma propre voie dans le monde sans la lumière éblouissante des projecteurs. Quand j'ai entendu que Michael était mort, je me trouvais à Londres, à quelques jours du début de ma tournée. Michael allait monter sur scène dans la même salle que moi une semaine plus tard. A ce moment là, tout ce que j'ai pu penser, c'est que je l'avais abandonné. Que nous l'avions abandonné. Que nous avions laissé de côté cette créature magnifique qui avait un jour mis le feu à la planète. Tandis qu'il essayait de construire une famille et de reprendre sa carrière, nous étions tous occupés à porter des jugements. La plupart d'entre nous lui avait tourné le dos.

Dans une tentative désespérée de préserver son souvenir, je suis allée sur Internet pour regarder de vieilles vidéos de lui en train de danser et de chanter, à la télévision et sur scène, et je me suis dit : "Mon Dieu, il était tellement unique, tellement original, tellement rare. Et il n'y aura plus jamais personne comme lui". C'était un Roi. <b>Mais c'était aussi un être humain et, hélas, nous sommes tous des êtres humains et parfois, nous devons perdre les choses pour nous rendre compte que nous sommes vraiment capables de les apprécier. Je veux terminer par une note positive en disant que mes fils, âgés de 9 et 4 ans, sont obsédés par Michael Jackson. Il y a beaucoup d'attrapage d'entrejambe et de moonwalk à la maison et on dirait qu'une toute nouvelle génération d'enfants a découvert son génie et le font revivre. J'espère, où que soit Michael maintenant, qu'il sourit en voyant ça.

Oui, oui, Michael était un être humain mais bon sang, c'était un Roi. Alors longue vie au Roi !
"



La suite de l'hommage a continué avec la diffusion du clip "Thriller" sur un écran géant. Thriller est interprété sur scène par plusieurs danseurs dont certains portent des vestes "style Jackson". La prestation est suivie d'un medley Bad/Smooth Criminal.

Puis Janet Jackson est entrée en scène, interprétant "Scream", qu'elle avait chanté en duo avec avec son frère.



Longue vie au Roi de la Pop.


Commenter cet article