Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'Abominable vérité

Publié le par Lady Chester

Ambitieuse productrice de talk-show, Abby Richter se targue de pouvoir trouver instantanément une solution à n'importe quel problème. Le seul qu'elle n'a pas réussi à résoudre, c'est son célibat.
Lorsque le taux d'audience de son émission faiblit, Abby est obligée d'engager un nouvel animateur soi-disant expert en relations humaines, Mike Chadway. Dans l'émission, celui-ci traite de ce qui plaît vraiment aux hommes. Le choc est rude entre la jeune femme et ce provocateur odieux et macho. Le pire, c'est qu'il fait grimper l'audience et devient incontournable...
C'est alors qu'Abby rencontre Colin, son voisin, un chirurgien célibataire qui est tout l'opposé de Mike Chadway. Cette fois, Abby veut mettre toutes les chances de son côté. A contrecoeur, elle fait appel à Mike... Alors que Mike conseille Abby à coups de théories provocantes qu'elle finit par suivre, tous deux découvrent une autre vérité : aussi différents puissent-ils être, hommes et femmes ont en commun certains sentiments...

La vérité toute crue ou ce que les femmes n’ont pas envie d’entendre. Cette comédie romantique américaine n’est qu’une pale copie pleine de clichés et de resucées de ce qui existait déjà dans ce cinéma de genre. Mais on ne s’en lasse pas (surtout les filles) lorsque l’on a envie de se vider l’esprit, de croire que tout est possible en amour ou encore de ne pas subir un énième mauvais blockbuster.

En attendant le prochain Destination Finale, cet encas où l’on n’apprend rien de nouveau tient bien son rôle de divertissement. On ne lui en demande pas plus. On retiendra le jeu du couple drolissime Katherine Heigl (Grey’s Anatomy) et Gérard Butler (300) qui s’en sortent bien dans leurs rôles respectifs de macho ours mal léché et de castratrice psycho-rigide directrice.

On rit aux éclats sur des scènes mémorables tels qu’une certaine culotte vibrante orgasmique en pleine réunion d’affaires. Les termes utilisés sont aussi très crus en référence au titre éponyme du film. La fin est évidente mais cela ne nous empêche pas de fantasmer sur les langoureux baisers entre les deux protagonistes. Il faut l’avouer Katherine Heigl est une très belle femme et n’importe quel vêtement lui sied à merveille. Quant à Gérard Butler, le chiffre 300 doit rappeler plus d’un cinéphile, il incarne à merveille l’homme dans toute sa virilité et son assurance.

Bon film !

Commenter cet article