Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Lu pour vous : l'or perd de sa valeur.

Publié le par stuckle

ÉDITION MUSICALE ADAPTATION À LA CHUTE DU MARCHÉ
Les Disques d'or revoient leurs exigences à la baisse
LE MONDE | 09.07.06 | 08h30  •  Mis à jour le 09.07.06 | 08h30



Depuis le 1er juillet 2006, les seuils de vente de disques permettant d'accéder aux récompenses que sont les albums d'argent, d'or, de platine ou de diamant ont été abaissés par le SNEP (Syndicat national de l'édition phonographique, qui regroupe les multinationales du disque). Cette décision est liée à la chute du marché du disque ces dernières années.

 

Pour recevoir un Disque d'argent, un artiste devra désormais vendre 35 000 albums au lieu de 50 000 ; pour l'or, 75 000 exemplaires au lieu de 100 000 ; pour le platine, 200 000 au lieu de 300 000 ; pour le diamant, 750 000 au lieu d'un million. Le chanteur Raphaël aura donc été le dernier artiste français à se voir attribuer un Disque de diamant pour le millionième exemplaire de son album Caravane.

Cette décision du SNEP ne fait pourtant pas l'unanimité parmi les producteurs de disques. Pour Stéphane Bourdoiseau, PDG de la maison de production et de distribution Wagram et président de l'UPFI (Union des producteurs phonographiques français indépendants), "le SNEP a pris cette décision de manière unilatérale. Il est affligeant qu'une institution comme le Disque d'or soit modifiée sans concertation. Si le marché a baissé, c'est aussi parce que les majors investissent moins dans le développement local. Les structures, souvent indépendantes, qui ont fait cet investissement ont connu des réussites avec des artistes comme Louise Attaque, Corneille, Carla Bruni ou Vincent Delerm".

D'autres voix vont dans le même sens. "Il n'est pas question que je demande, pour mes artistes, la certification d'un Disque d'or à moins de 100 000 exemplaires", s'emporte Vincent Frèrebeau, directeur du label Tôt ou tard (membre de l'UPFI), producteur entre autres de musiciens comme Vincent Delerm ou Thomas Fersen. Il ajoute : "Nous ne voulons pas de récompenses au rabais."

Commenter cet article