Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Frontières

Publié le par Lady Chester

Alors que l'extrême droite est sur le point d'arriver au pouvoir, de jeunes banlieusards commettent un braquage. Poursuivis par des flics hargneux, les membres de la bande dépassent la "frontière" de leur propre violence. Ils s'enfuient en voiture et débarquent dans une auberge perdue en pleine forêt, à la limite de la "frontière" luxembourgeoise.
Les tenanciers de cet étrange établissement, accueillants dans un premier temps, vont peu à peu montrer leurs vrais visages : celui de la folie et de la mort ! Crochets de boucher purificateurs, porcs agressifs, coups de flingue mal placés, armes blanches aiguisées à l'extrême, cannibalisme déjanté, néo-nazi sur le retour : les potes vont devoir affronter la douleur absolue et dépasser la "frontière" de l'horreur la plus extrême. Tout ça dans un seul et unique but : survivre. Ou mourir vite !


Les films de genre fantastique et horreur sont rarissimes en production française. Certains téméraires osent tout de même se lancer dans ces divers projets (Wagon7) et ils ont bien raison.
Hélas, on ne retrouve pas toujours du bon dans ces quelques tentatives.
Par exemple, le film Frontières est un bon cas d'école. Xavier Gens, le réalisateur, prouve qu'il maitrise bien les images, la succession d'action, en gros qu'il fait bien son job !
Mais comment bien faire son job quand le scénario est très moyen ?
Je ne pèse pas mes mots sur ce mauvais resucé des Massacres à la tronçonneuse. Au moins je me tapais des bonnes barres de rire lorsque le boucher se mettait à hurler avec sa tronçonneuse à la main. Dans Frontières, je me dis je vais arréter de manger mes sushis, ça devient trop sanglant pour moi. Et du sang il y en a à effusion dans ce film. La moindre occasion de violence est excuse à une bonne giclée d'hectolitres de sang.
Bien dommage !
Sans compter un fil conducteur qui se perd très rapidement dans le film et pourtant qui est bien lié à la causalité des méfaits de violence : la montée de l'extrême droite. D'ailleurs, on peut reprocher ce besoin d'expliciter le pourquoi du comment de cette montée de violence auprès de cette famille néo-nazi, comme si il fallait absolument apporter une raison à la folie des gens....peut-être histoire d'apaiser nos consciences. Tout ce qu'il ne faut pas faire ! Comment effrayer le spectateur si il a déjà toutes les cartes !
N'y-a-t il rien de pire que de ne pas savoir ? que de ne pas avoir nos réponses ?
Oui, ne pas savoir torture plus facilement nos esprits.
J'aurai mieux fait de ne pas savoir pour ce film.

Commenter cet article