Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Exceptionnelle mobilisation des enseignants contre Darcos

Publié le par Mediatik

Voici la vraie information du week-end que vous avez loupé !!!

Ecoeurée par le traitement actuel de l'information, je copie-colle une information qui aurait dû avoir toute sa place dans les médias ce week-end mais il n'en a rien été comme d'habitude.

Pourquoi ?

Parce qu'on a préféré vous parler des comptes piratés de Sarkozy.

Parce qu'on a préféré vous parler des histoires de coucheries et d'échangisme du (futur ex) Président du FMI, DSK.

Parce qu'on a préféré vous parler des millions qu'allait débourser Madonna pour son divorce avec Guy Ritchie.

Parce qu'on a préféré vous parler des 600 millions d'euro flambés par l'Ecureuil.

Parce qu'on a préféré vous parler de la démission des dirigeants de ce dit Ecureuil.

Voilà ce que vous devez savoir :

Ils étaient "80.000", selon les organisateurs, à défiler ce dimanche après-midi dans les rues de la capitale, 32.000, selon la police. A partir de 13h, des dizaines de milliers de manifestants ont arpenté le bitume parisien, de la place d'Italie à La Bastille, pour défendre le service public de l''Education Nationale.

Pourquoi ?
Cette manifestation nationale était lancée à l'appel de 47 organisations pour dénoncer les milliers de suppressions de poste dans l'Education Nationale mais aussi pour demander au gouvernement de donner plus de moyens à ce service public essentiel à la France.

Des chiffres:
Cette grande mobilisation nationale a eu lieu quelques jours avant l'examen à l'Assemblée nationale du budget 2009 de l'Education. Ce budget qui sera débattu par les députés à partir du 4 novembre prochain prévoit la suppression de 13.500 postes. Un chiffre qui vient s'ajouter aux 11.000 suppressions de 2008 et 8.500 en 2007.
 
Des déclarations:

1. Chez les étudiants.
Jean-Baptiste Prévost, président de l'Unef, explique: "à l'heure où l'on peut dégager des milliards pour les banques en quelques heures, serrer les cordons de la bourse pour l'éducation, c'est hypothèquer lourdement l'avenir. Une politique de rigueur risque d'ajouter la crise à la crise."

2. Chez les profs.
Gérard Aschieri, secrétaire général de la FSU, utilise le même argumentaire: "On met 360 milliards sur la table pour les banques avec des conséquences que tout le monde ignore, ça nous permet tout de même de dire qu'il y a des contradictions, par rapport aux investissements qui ne sont pas faits dans l'éducation."

3. Chez les instits.
Dans le premier degré on s'inquiète aussi, explique sur France Info, Gilles Moindrot du Snuipp. Avec un exemple concret: "Pour la première fois, la maternelle et l'élémentaire risquent de perdre environ 6.000 postes alors que  nous attendons 15 à 20.000 élèves supplémentaires à la rentrée prochaine."

4. Chez les organisateurs de la manifestation.
Les syndicats, cités sur NouvelObs.com, estiment que la politique du gouvernement "porte tous les ingrédients pour que se développe une école à deux vitesses dans une société minée par les inégalités." Et d'ajouter: "Nous assistons à une rupture de fond dans la priorité qu'accordait la Nation à l'Education."

5. Chez les participants.
Des manifestants sont arrivés de toutes les régions de France. Sur France Info, des membres de la délégation marseillaise expliquaient qu'ils se "préparaient à une grosse journée". Départ 5h30, manifestation à 13h30 et retour à 23h30... et surtout cours lundi matin à 8h. Mais ils se justifient: "il faut un haut niveau de mécontentement pour faire ça".

6.  Au PS.
Martine Aubry. "L'Education, c'est le coeur de la République."
Jack Lang. "On trouve des milliards pour des banquiers pourris et l'on supprime des postes à l'école!"
Bertrand Delanoë. "C'est une question d'urgence. L'éducation est en danger."
Benoît Hamon."A la manifestation pour les 35 heures, j'étais le seul avec
Emmanuelli. Comme quoi, il ne faut jamais désespérer du PS!"
Razzi Hammadie. "Face à la clochardisation de l'éducation nationale, on doit montrer qu'il n'y a pas de place pour la division et les enjeux de congrès."

7.  Au gouvernement.
La ministre de l'Enseignement supérieur Valérie Pécresse. Elle a estimé la manifestation "injustifiée et décalée".

Le ministre de l'Education Xavier Darcos. "L'immobilisme n'est pas une solution".

(Sources:  France Info, Nouvel Obs.com, TF1, Le Post)

Commenter cet article

Lionel 22/10/2008 08:45

Hello Lady !Sur le fond... grrr !!! mdrSur la forme, je suis d'accord sur la vitesse à laquelle sont traitées les informations par la presse. Une info en chasse une autre à la vitesse de l'éclair...merci pour ton article !

Lady Chester 21/10/2008 17:21

La prochaine fois je parlerai de la taille de la kékette de Dominique Strauss-Kahn pour avoir plus de commentaires..... Pouet

zigzornif 21/10/2008 16:26

PouetPassant de temps en temps ici et ne voyant toujours pas de commentaires je m'y colle car le sujet est d'importance. On épingle souvent les manifestations qui mobilisent peu cette dernière est passée à l'as et pourtant de 30000 à 90000 manifestants un dimanche ce n'est pas rien c'est même énorme.Donc merci de relayer cette information passée sous silence !